cortazarComme cette lecture de Cortázar m’a fait du bien ! C’était tout à fait ce qu’il me fallait là, à ce moment là précisément. De l’humour et du fantastique, mais quel fantastique, si proche du quotidien ! Les courts textes de ce recueil m’ont enchantée.

Avant d’arriver à l’histoire (aux histoires) des Cronopes et des Fameux, Julio Cortázar nous fait passer par un étrange manuel d’instructions (instructions pour pleurer, pour monter un escalier ou pour remonter une montre...). Viennent ensuite les Occupations Bizarres où l’on suit une famille de la rue Humboldt dans ses passions aussi soudaines qu’insolites, et que chaque membre de cette famille s’attache à mettre en place avec une application obstinée et irrésistible ("Pose-tigres" et "De la conduite à adopter pour les veillées funèbres", pour ne citer que ces histoires, m’ont littéralement ravie).

Lorsque vient Matière Plastique, je suis aux anges. Les textes s’enchaînent, empreints de poésie comme "Ecrasement des gouttes", troublants comme "Propriétés d’un fauteuil" qui commence ainsi "Chez Jacinthe il y a un fauteuil pour mourir", progressivement inquiétants comme celui-ci dont le titre est déjà un programme délectable "Petite histoire tendant à illustrer le caractère précaire de la stabilité dans laquelle nous croyons vivre, autrement dit : les lois pourraient céder du terrain aux exceptions, hasards et improbabilités, et c’est là que je t’attends", ou symbolique comme Guk le "Chameau déclaré indésirable" qui ne peut obtenir de visa de sortie.

Puis commence l’histoire des Cronopes, des Fameux et des Espérances. Beaucoup plus proche de la réalité que ne pourraient le laisser croire ces histoires d’apparence farfelues. On s’identifie, bien sûr, dans la classification que trace Cortázar avec humour et poésie. Là s’impose le mot de la fin : fabuleux !

Titre : Cronopes et Fameux | Auteur : Julio Cortázar | Editeur : Gallimard | Thème : Littérature sud-américaine  -  (zazieweb 16/12/2003)