la_juive"La Juive" n'est pas sans rappeler "Numéro six" de Véronique Olmi. Dans "la Juive", l'auteur est numéro neuf des dix enfants : il s'agit donc de dévoiler ici aussi le quotidien d'une famille nombreuse, oppressante, destructrice. Ici aussi le "clan" est très puissant, les "secrets" de famille étouffés.
Le portrait de la mère que l'on découvre peu à peu est confondant : égoïsme et narcisisme s'y disputent la première place. L'autorité des ainés, frères et soeurs, est aussi écrasante. Quant au père que l'on ne peut jamais dérangé dans son bureau, sa façon de ne pas intervenir est un consentement que l'on peut qualifier d'actif.

Après plus de 10 ans d'analyse pour se reconstruire, et avoir coupé tous les ponts avec sa famille, Colette Mainguy, journaliste au "Nouvel Observateur" écrit "La Juive" comme une lettre à son psy. C'est ahurissant.