l_ogreLorsque je tombe par hasard - là une vente de livres d'occasion - sur un livre aussi beau, aussi fort, et que je ne connaissais pas alors qu'il est sorti en 73 (et avait reçu le prix Goncourt de cette même année !), c'est un moment merveilleux. Savoir que le réservoir de bons livres non seulement se remplit sans cesse, mais aussi que, comme pour le fond de l'océan, nous n'en connaissant que très peu, nous n'aurons le temps de n'en lire qu'une infime partie, cela laisse la place à un infini inépuisable.
Chessex pourtant, je connaissais son physique, sa présence lors d'émission télévisée ne passait pas inaperçue, mais ses livres non, jamais. Quelle erreur !

L'ogre est un livre puissant, sur la présence imposante d'un père autoritaire, castrateur. Le livre débute à la mort du père, qui loin de libérer le fils, Jean Calmet, l'écrase davantage. Au coeur du livre, au coeur du désespoir, s'ouvre un chapitre lumineux, avec l'arrivée de la Fille au Chat c'est la découverte de l'amour, de la sensualité. Pas suffisant pour sauver le narrateur pourtant.
L'écriture est splendide, grandiose. On a envie de lire à voix haute pour en apprécier toute la force.

Extrait :

Il y eut la rentrée de janvier.

Des conférences pédagogiques, des piles de versions à corriger. L'ennui plat.

Un mois passa. Rien à dire. Puis ce fut le 21 février, et Jean Calmet rencontra la Fille au Chat.

Alors il put croire que l'esprit de Dionysos entrait en lui.

Jacques Chessex - L'ogre - Edition Grasset