20 mai 2011

Correspondance Fante/Mencken

Cette correspondance court de 1930 à 1952, entre John Fante et H.L. Mencken, l'homme qu'il a admiré toute sa vie, son premier éditeur, créateur de la célèbre revue littéraire de l'époque, "The American Mercury". Intéressant si on est un inconditionnel de John Fante (c'est mon cas), surtout les premières lettres, où l'on découvre le très jeune écrivain, accrocheur, baratineur, désopilant, avec un culot monstre. Puis celles aussi où il se confit, où il parle de son rapport avec son père par exemple, du milieu d'émigrants italiens d'où... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 17:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2010

Mon chien Stupide

août 2010 : Fante, toujours, dont je ne peux plus me passer. ------ John Fante et son chien stupide, un régal d’humour, de comédie et de drame. Toujours autobiographique, ce roman ne retrace plus les débuts de l’écrivain en mal de gloire mais celui de l’homme mûr qui fait le point sur sa vie : son "avenir" d’écrivain semble être bien loin derrière lui avec quelques romans qui ont fait son succès dans sa jeunesse. Il n’écrit maintenant plus que des scénarii pour la télévision (quand il arrive à en placer), ... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 08:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
12 août 2010

Bandini

Fante fait partie de mon univers, dans le sens où il me met en contact avec l’humanité, puissamment, par son regard, par ses excès. Il ouvre la porte sur une amérique humaine, vivante, d’émigrés italiens des années 40-50. Il fait aussi partie de ces écrivains dont je reste ébahie par leur “facilité” à décrire des sentiments ou situations en deux phrases qui semblent jetées comme ça. Je les regarde ces phrases, j’en soulève les coins, je les tourne et les retourne, sans en découvrir leur secret, quelle magie fait que cela fonctionne... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,