16 février 2011

Le sexe et l'effroi

Lecture trop lointaine pour argumenter vraiment, mais je garde un très bon souvenir de l'écriture toujours riche et belle de Quignard, et de la vision fondamentalement différente de la sexualité des grecs et des romains, étonnant. D'une interview de Pascal Quignard, que l'on trouve sur le site de Gallimard, j'ai relevé ce passage qui résume la volonté de départ de ce livre : Pascal Quignard —   J'ai découvert que, contrairement à ce qu'affirmait, par exemple, Georges Bataille dans Les Larmes d'Éros, il existe d'énormes... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 septembre 2010

Tous les matins du monde

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> "Tous les matins du monde" retrace un amour qui se refuse à mourir malgré la disparition de l’être cher : "je ne sais comment dire : douze ans ont passé mais les draps de notre lit ne sont pas encore froids " dira Monsieur de Sainte Colombe au fantôme de sa femme qui vient lui réchauffer le cœur dans sa cabane de bois où il se réfugie pour jouer de la viole. Professeur de viole, Sainte Colombe vit en marge de Paris, de la cour... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2010

Pascal Quignard

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> "Ce qui domine nos vies est pur hasard, à l’égard de son existence même" Pascal Quignard – Carus – chapitre VI – Gallimard Folio – page 287.
Posté par lireaujardin à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
09 septembre 2010

Terrasse à Rome

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 1639, Meaumus a 21 ans, il est apprenti lorsqu’il rencontre Nanni, l’aime et en est aimé. Puis l’eau-forte sur le visage, lancée par le fiancé auquel Nanni était promise, Meaunus défiguré, Nanni qui le rejette. Il ne cherchera jamais à la revoir, s’enfuira puis exercera son métier, graveur, avec génie, des Pyrénées aux Alpes, de la méditerranée à l’atlantique, de Bruges à Rome. S’ensuivent des scènes qui s’emboîtent, s’assemblent comme dans un... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 23:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2010

Carus

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Rue du Bac, A. s’enfonce dans une immense tristesse, dans ce mal que l’on nomme dépression. Ses amis tentent de l’en sortir, lui rendent visite, seul, à plusieurs, lui parlent, sans cesse : le langage comme remède. Tenu comme un journal, ce qui donne un souffle, une respiration particulière à ce texte, le récit démarre au moment où A. est déjà bien mal et rapidement dépérit. Conseils, querelles, avis divergents, tous tentent l’impossible pour l’en... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2010

Pascal Quignard – Carus

Ce qui domine nos vies est pur hasard, à l’égard de son existence même" Pascal Quignard – Carus
Posté par lireaujardin à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :