12 septembre 2010

Le pied de mon père

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Sensation pénible en lisant la première partie, l’enfance d’Alma Desemparada : tant de violence et d’aberration parfois sont surprenantes et on ne sait qu’en penser. Quelques scènes dans cette première partie prennent plus de force. C’est le cas de cette allégorie : pendant des dizaines d’années, sur une place, le discours de l’Orateur Radoteur (Fidel Castro) devant des enfants qui tombent mourrant de faim, de soif et de fatigue, remplacés... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 17:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 septembre 2010

Le Néant quotidien

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Chaque livre de Zoé Valdés a sur moi le même pouvoir : cette fille me secoue par son flot de mots par moitié durs et crus, par moitié poétiques. Ses histoires d’amour ont toutes la même toile de fond : la vie d’une jeunesse cubaine désespérée naît en pleine révolution. Dans Le néant quotidien (le livre qui a valu à Valdés son exil à Paris), Yocandra, née en 1959, l’année de l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro, se débat dans un quotidien sans... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 22:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2010

Café Nostalgia

aout 2010 : Il y a si longtemps que je n'ai pas lu Zoé Valdés, que je ne sais si aujourd'hui j'aurai le même avis. Ce n'est pas une question que je me pose pour tous les auteurs, mais là, sincèrement je ne sais pas. ---- Dès les premières pages, je suis secouée, bouleversée, sciée, retournée. Les mots de Zoé Valdés font mouche, son style me va droit au ventre dans un torrent d’émotions. Pourtant, pourtant, j’ai failli lâcher, tout abandonner sur des pages extrêmement dures (comme les avortements des filles à Cuba). J’ai persisté.... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 08:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
15 août 2010

Trafiquants de beauté

La lecture de Zoé Valdés a toujours un effet magique sur moi : certainement dû à ce mélange de détresse et d’énergie qui baigne ses personnages. Dans les nouvelles de ce recueil qui date de ses débuts, ils déambulent dans les quartiers délabrés de Cuba à la recherche de beauté.Le décor est posé dès le premier récit, "Portrait d’une enfance havanaise" : dans un monologue étourdissant de spontanéité et de malice, une enfant de 13 ans (par définition mi-enfant, mi-femme) s’adresse au touriste-photographe qui la bombarde de... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,