03 avril 2012

Paroles de résistances

"Ceux qui ne bougent pas ne sentent pas leurs chaînes." Cette courte phrase de Rosa Luxembourg est, comme les autres textes de ce recueil, illustrée par Ernest Pignon-Ernest. De quoi éveiller l'esprit de nos ados, leur ouvrir des horizons historiques et philosophiques, ou simplement faire une piqure de rappel afin de garder toujours l'esprit critique. C'est donc un livre de jeunesse, de belle qualité par son contenu et sa réalisation. Michel Piquemal a recueilli des citations, plus ou moins longues, de grands résistants au sens... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 23:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

13 février 2012

Carnet de notes 2001 - 2010 - extrait 10

Me 27.7.2005 [...] La N89 est à peu près vide. Il me semble rouler dans l'oubli bienheureux de l'âge, de la peine, de tout. Un reflet échappé de l'adolescence, des grandes espérances colore ma route, entre les bois, au pays vert. Je voudrais que le voyage n'ait pas de fin. Auteur : Pierre Bergounioux - Titre : Carnet de notes 2001 - 2010 - Editions Verdier
Posté par lireaujardin à 11:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 avril 2011

Mémoire

Relevé en cours de lecture, parmis ces petites phrases percutantes et imagées d'Henri Calet qui me plaisent tant : "La mémoire est une ardoise trop petite qu'il faut frotter sans cesse, sinon la place fait défaut."   Auteur : Henri Calet - Titre : Monsieur Paul - Editions Gallimard
Posté par lireaujardin à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
20 avril 2011

Correspondance - Gustave Flaubert

J'ai dans ma jeunesse démesurement aimé, aimé sans retour, profondément, silencieusement... Chacun de nous a dans le coeur une chambre royale ; je l'ai murée, mais elle n'est pas détruite. Gustave Flaubert à Louise Colet - Correspondance, IV, 351.   Ce sont les mots, magnifiques, qui ouvrent "Les déchirements" de Hubert Nyssen, livre qui s'annonce lui aussi, après quelques pages, superbe (et l'on sent cela parfois, en quelques pages seulement, sans détour, que ce qui va suivre le sera).  
Posté par lireaujardin à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
11 mars 2011

Retour à Reims

En pleine relecture de l'excellent (voire indispensable !) "Retour à Reims" du sociologue et philosophe Didier Eribon dont je reparlerai, j'extraie juste cette phrase, qui ne reflète pas le contenu du livre mais qui simplement sonne juste : "Un livre peut revêtir une grande signification avant même qu'on l'ait lu... il suffit que l'on sache qu'il a compté pour d'autres dont on se sent proche". Auteur Didier Eribon - Titre : Retour à Reims - Editions Fayard
Posté par lireaujardin à 08:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 février 2011

Henri Calet - "Ne me secouez pas, je suis plein de larmes."

Ce sont les derniers mots, célèbres, écrits par Henri Calet (1904-1956), à la fin de "Peau d'ours", son ultime roman inachevé. Des mots émouvants comme la douleur mais aussi le désir de vivre d'un auteur que l'on (re)découvre, et avec quel bonheur, depuis quelques années. Le passage complet est celui-ci : « C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 08:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2011

Le sexe et l'effroi

Lecture trop lointaine pour argumenter vraiment, mais je garde un très bon souvenir de l'écriture toujours riche et belle de Quignard, et de la vision fondamentalement différente de la sexualité des grecs et des romains, étonnant. D'une interview de Pascal Quignard, que l'on trouve sur le site de Gallimard, j'ai relevé ce passage qui résume la volonté de départ de ce livre : Pascal Quignard —   J'ai découvert que, contrairement à ce qu'affirmait, par exemple, Georges Bataille dans Les Larmes d'Éros, il existe d'énormes... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 15:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 janvier 2011

Journal 1990 - 1995 - extrait 4

En 1992, commencent les années, courtes, où Jean-Luc Lagarce est reconnu par le public et par les professionnels. Son succès est grandissant au moment où sa santé décline. Ce sont des heures et des jours de travail acharnés, le plongeon à corps et âme perdus dans l'écriture, les répétitions, les spectacles. De son vivant, ce seront ses adaptations de grands classiques qui lui vaudront cette reconnaissance. Ses propres pièces connaitront un succès croissant après sa mort. Je continue à mettre des extraits de ce deuxième tome, même... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 janvier 2011

Journal 1990 - 1995 - extrait 3

"Une idée idiote mais comme elle revient tout le temps, qu'elle apparaît à chaque détour et qu'elle passe parfois dans les rêves, admettons.L'idée toute simple - mais très très apaisante, très joyeuse, c'est ça que je veux dire, très joyeuse, oui - l'idée que je reviendrai, que j'aurai une autre vie après celle-là où je serai le même, où j'aurai plus de charme, où je marcherai dans les rues la nuit avec plus d'assurance encore que par le passé, où je serai un homme libre et très heureux. L'idée souvent, machinale : "je ferai... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 08:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 janvier 2011

Journal 1990 - 1995 - extrait 2

Quelques extraits à nouveau : “Je suis très très fatigué. C’est un peu effrayant, cette vieillesse qui vous empêche d’envisager la traversée de la ville en dix minutes.Mon pauvre corps.” ... “ Très bonnes et belles - et enthousiastes - représentations des Solitaires à Paris. Un vrai beau et bon succès pour un spectacle long et difficile (même mes parents qui l’ont vu à Belfort l’ont aimé).” ... “Nous sommes restés plus de trois heures à oublier le reste des gens, à se caresser à n’en plus finir, à s’embrasser tout le temps, ne... [Lire la suite]
Posté par lireaujardin à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,